Index des Micro-Résumés

Rich Dad, Poor Dad de Robert Kyosaki

Metro, boulot, dodo c’est le quotidien de la majorité des gens et c’est ce que Robert Kyosaki appelle la Rat Race. 


Le livre parle de 2 façons d’appréhender la vie. 


La première consiste à être un salarié et de dépenser son salaire dans des biens de consommation ou en s’endétant pour payer une voiture ou maison toute sa vie.


La seconde constiste à ne pas échanger son temps contre de l’argent en investissant dans des biens qui prennent de la valeur dans le temps. 


C’est 2 philosophies caractèrisent par analogue la mentalité des pauvres et des riches, selon le livre. 


Les riches achètent des actifs, qui leur font gagner de l’argent, et les pauvres achètent des passifs qui leur en font perdre.


Pour conclure, le livre est une critique de la société de consommation. Il propose l’entreprenariat pour s’en extraire.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Small Giants de Bo Durlingham

Il y a une alternative aux Startups, on les appelle les Small Giants. 


Contrairement aux Startups, qui se destinent à une croissance exponentielle, les Small Giants se limitent d’elles-mêmes.


Voici les 3 raisons principales de ce choix : 


– Être à l’écoute de ses employés, et de leur bien-être, permet à l’entreprise de garantir un meilleur service à ses clients. Si les employés sont heureux, ils travailleront mieux. 


– Garder le pouvoir est un luxe que n’a pas les Startups. En effet pour les Startups, il faudrait convaincre les investisseurs que les coûts liés au bonheur des employés sont utiles pour l’entreprise.

 

– Conserver son identité, sa vision et ses valeurs dans le temps n’est pas possible sur le long terme avec plusieurs investisseurs. Ne pas grossir est une façon de garder le contrôle sur sa boite.


Pour les Small Giants, le but sur le long terme n’est pas seulement la forte croissance. Ils veulent transmettre leurs visions à leurs employés d’abord et à leurs clients ensuite. C’est bien pour cela qu’ils s’assurent de prendre soin de leurs employés en créant dans leur entreprise un environnement stable quasi-familial. Les Small Giants veulent créer plus d’un produit.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Make de Pieter Levels

Comment lancer une idée vite avec peu de moyens ?


Sur la couverture du livre, tu peux voir le mot « bootstrapping » qui signifie le fait d’ouvrir sa boite sans faire appel à des investisseurs. 


L’auteur a par exemple, à l’aube du nomadisme numérique, créé une liste des meilleures villes pour s’installer quand on est un nomade digital. Ce site a été lancé simplement avec un Google Typeform et a fait un carton car la demande était existante. Nomadlist.com a été développé depuis et est une référence dans le domaine.


L’idée est donc de se lancer et de tester la demande rapidement avec peu de moyens.


Maintenant tout l’enjeu est de trouver une bonne idée. Plus l’idée est originale, plus la compétition sera minimale. C’est pour ça que tu devrais commencer dans une niche et puis te développer.


Pour tester rapidement vous devez créer un produit minimal viable. Cela te permettra d’avoir une idée du pouvoir économique de ton idée. 


En réalité pour s’enrichir, tu n’as besoin de beaucoup de clients mais d’une seule bonne idée. Et quand tu l’auras trouvé, ce n’est pas fini. 


Une bonne idée ne vaut rien sans une bonne exécution. Et si en plus cette idée originale, alors elle valorisera ton travail.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Story de Robert Mckee

La durée de visionnage des vidéos sur Youtube a augmenté de + 50 % l’année dernière. 


Mais écrire une histoire qui touche les gens est un art bien à part. 


C’est l’objet du livre d’aujourd’hui : Story de Robert Mckee. 


Voici 3 concepts autour de l’écriture : 


1. Tu dois être capable de faire des phrases courtes et denses. Pour l’auteur, c’est une marque de respect. Dans le cas contraire, tu communiquerais à ton lecteur que ton temps est plus important que le sien. Tu n’as pas voulu prendre le temps d’optimiser ton texte.


2. Quand tu racontes une histoire, tu donnes au lecteur des repères et des comportements qui vont par la suite façonner indirectement son approche de la vie. C’est une responsabilité, d’où l’importance de comprendre comment raconter une histoire. 


3. Ces leçons de vie ne doivent jamais être le point de départ de ta réflexion. Il faut commencer à écrire sans savoir où tu vas atterrir. De cette manière que tu pourras produire un texte qui captive car il sera intéressant et sincère. C’est plus simple d’écrire à partir de la vérité et d’en tirer après une conclusion après.


Ensuite voici des astuces pour améliorer son style : 


1. Ton histoire doit avoir un rythme crescendo constitué de plusieurs petits moments d’accélération et décélération. Ça te permettra d’ajouter un côté imprévisible à ton histoire, souvent grâce à des petites histoires dans ton histoire principale.


2. Dans toutes les bonnes histoires, on a des nœuds dramatiques, c’est-à-dire des situations très difficiles. Tu as 2 façons de les résoudre : soit par une révélation inattendue ou soit par d’une action originale. Ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu’il est important de travailler sur la profondeur des personnages. 


3. L’ironie narrative est aussi très utilisée, elle permet de rendre une histoire plus crédible et plus réelle car elle nous rappelle la vraie vie. Le moment où on se rend compte que c’était tout l’inverse de ce qu’on croyait. Par exemple, quand tu essaies de changer pendant des mois pour plaire à quelqu’un alors qu’en réalité, depuis le début, c’est ta personnalité véritable et tes défauts que cette personne apprécie.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Beginner’s Guide To Online Marketing de Neil Patel

Si tu travailles dans le Marketing Digital, l’email d’aujourd’hui devrait t’intéresser puisqu’on parle du livre Beginner’s Guide To Online Marketing de Neil Patel. 


Neil Patel est un marketeur anglais et auteur à succès. C’est un spécialiste de l’infoprenariat. 


Voici quelques enseignements qu’on apprend dans son livre : 


1. La stratégie marketing doit être construite autour du client. Tu dois lui parler personnellement pour créer une connexion solide et par la suite être capable d’identifier ses besoins.


2. Malgré l’étiquette de spam qu’on prête à l’Email Marketing, ne t’en prive surtout pas c’est un outil puissant. Au-delà des emails de vente, tu peux continuer à parler individuellement avec tes clients pour leur donner des éléments de réponses. Tu peux aussi automatiser des séquences d’emails.


3. Si tu n’as pas de budget ou d’audience, faire de l’affiliation est le moyen le plus simple et le moins onéreux pour vendre tes produits sur Internet. Cette méthode existe depuis les débuts du Marketing Digital. 


4. Créer des comptes sur tous les réseaux sociaux ne te garantira pas forcément la réussite. Il faut comprendre quels sont les médias les mieux adaptés à ton business. 


5. N’oublie pas le SEO (Search Engine Optimization) pour référencer ton site web gratuitement. C’est le meilleur investissement sur le long terme pour ton entreprise. 


Il faut retenir que si tu débutes dans le digital, tu devrais chercher à créer une connexion profonde avec tes clients et à gagner en popularité sans débourser tout ton budget d’entrée de jeu.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Gary Vee (3 livres) : Jab, jab, jab, right hook ! Crush it ! & Content Pyramid

Dans le résumé ce micro-résumé, tu risques de beaucoup reconnaitre mon approche personnelle du “marketing” 🙂.

 

Il ne suffit pas d’avoir beaucoup d’abonnés pour vendre, il faut avoir une relation de confiance avec son audience.

 

Selon Gary Vee, en donnant beaucoup aux gens on obtient leur confiance.

 

Il faut donner du contenu de qualité qui fera que les gens achètent non pas par autorité mais par gratitude.

 

C’est une idée contre-intuitive certes mais c’est notre époque qui le veut. Les gens ont horreur d’être interrompu par de la publicité à tout va. Le mieux reste donc de créer et encore créer.

 

Si aujourd’hui, tu n’es pas prêt à créer du contenu, il y a deux causes possibles à cela :

 

1) Tu  n’as sans doute pas choisi ta vraie passion

2) Tu n’utilises pas le bon support (email, photo, vidéo)

 

À partir d’une grosse vidéo, l’équipe de Gary Vee arrive à créer jusqu’à 30 contenus adaptés pour différents réseaux sociaux (des vlogs, des photos inspirantes, des vidéos virales de motivation).

 

Selon lui, plus vous publiez, mieux c’est. Internet a tranché le débat entre la qualité et la quantité depuis longtemps : c’est la quantité qui l’emporte.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

The Power Of Habits

Tu savais que 40 % de tes actions étaient automatiques ?


Et heureusement, si on devait penser à tout, il serait laborieux de se brosser les dents, d’aller au travail ou d’enfiler ses chaussettes.


Les habitudes sont nécessaires dans nos vies. Elles forment une boucle en 3 parties : 


1) Le stimulus, qui déclenche l’habitude

2) La routine, qui est une action physique ou mentale déclenchée par le stimulus

3) La récompense, qui motive cette habitude.


Pour créer une habitude, il suffit donc d’identifier ces 3 étapes.


Pour changer une habitude, la seule à changer est la 2e partie, la routine. 


Par exemple, si tu ressens un stress et que tu as l’habitude dans ce cas là de manger du chocolat, tu peux faire une autre activité à la place qui aura le même effet relaxant comme la méditation ou la marche.


Astuce : plus tu anticipes une récompense, moins tu mettras d’efforts à changer ton habitude.


Enfin pour solidifier les bases de tes nouvelles habitudes : 


– Fais une activité en parallèle qui exige une discipline exemplaire

– Imagine le cas où tu ne respecterais pas ton engagement, ton habitude. Quelle serait ton nouveau plan d’action ?


Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Spark de John Ratey

Savais-tu que le sport augmentait ton intelligence ?


La pratique d’une activité physique a un impact très important sur le cerveau. 


Tu apprendras mieux une leçon après une séance de sport qu’avant.


En effet, l’une des fonctions primaires du cerveau est de nous aider à effectuer des mouvements complexes. 


Le koala par exemple, très peu réputé pour son dynamisme, a un cerveau très peu développé.


L’intelligence sert au mouvement avant tout et les activités intellectuelles, par opposition, sont des abstractions de ce mouvement. Ce qu’on appelle la pensée est l’internalisation du mouvement produite par l’évolution : on se rappelle, on prédit des actions physiques.


Tu peux devenir plus intelligent en faisant du sport. L’activité physique stimule la BDNF (hormone de croissance cérébrale) et augmente le nombre de liaisons nerveuses dans le cerveau.


La plasticité du cerveau permet ainsi au sport de soigner les problèmes liés à l’attention, à la dépression et aux addictions. 


Pour finir, voici 5 vertus liées à une activité régulière : 

– Le nouveau-né d’une femme enceinte, qui avait l’habitude de pratiquer une activité physique modérée, est plus développé cérébralement,

– 10 minutes d’exercice peuvent suffire à aider un alcoolique à abandonner l’alcool et 5 min pour un fumeur à abandonner la cigarette,

– 75 % des femmes ressentent un stress prémenstruel pendant 4 à 7 jours et le sport aide beaucoup à diminuer ce stress,

– Le sport augmente votre capacité d’autodiscipline,

– Les sports produisent les mêmes neurotransmetteurs que la marijuana et le chocolat.


Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Daily Rituals de Mason Currey



Voici quelques habitudes récurrentes d’artistes célèbres :


– Les artistes sont moins solitaires qu’on l’imagine. Ils ont souvent un partenaire qui les soutient comme Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

– Pour Hemingway et Miller il ne fallait pas dépasser ses limite d’énergie et d’inspiration mais s’arrêter avec un réservoir d’idées encore rempli. Il faut encore avoir quelque chose à dire quand on quitte la machine à écrire.

– Mozart ne travaillait jamais quand il était fatigué

– Graham Greene louait un bureau secret dont seul sa femme avait l’adresse et le numéro de téléphone pour ne jamais être interrompu 

– Sartre travaillait 3 heures le matin et 3 heures le soir 

– Marcel Proust avait décidé de se retirer de la société en pour mieux s’immerger dans son travail

– Des auteurs ou compositeurs, comme Tchaïkovski, ont une vie sociale mais pouvaient disparaître du jour au lendemain pour s’isoler et travailler

– Stephen Jung écrivait tous les jours 2000 mots, y compris pendant les jours fériés et son anniversaire.


Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Think Like Da Vinci de Michael Gelb



Léonard De Vinci été connu pour avoir une curiosité insatiable. 


Il l’avait l’habitude d’entamer des projets sans les finir et de prendre des notes dans son journal en passant d’un sujet à l’autre (la philosophie, le sport, la mécanique du vol, la géologie, la botanique, le dessin, les finances, les lettres). 


Ce regard omniscient qu’il développait encourager de fait sa liberté de pensée. Et il étudiait tous les sujets avec la même rigueur tout en essayant d’avoir un esprit critique, préférant tester plutôt qu’accepter des idées préconçues. 


De Vinci était un technicien avant tout.


Pour réfléchir comme lui vous devriez être capable de : 

– Penser avec un point de vue adverse et accepter d’autres modes de pensée

– Chercher des connexions. Par exemple : Quel lien il y a-t-il entre le moment le plus triste et le plus joyeux que j’ai vécu ?


Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Power Of Full Engagement



La plupart des gens pensent manquer de temps mais c’est généralement faux. On manque bien plus souvent d’énergie.


Pour optimiser son énergie, il faut comprendre qu’il y a 4 formes d’énergies : 


1. L’énergie physique est liée à ton régime alimentaire, ta santé physique et ton état de fatigue.

2. L’énergie émotionnelle est liée à comment tu réagis à ton environnement. Laisses-tu libre cours à tes pulsions ou gardes-tu le sang froid ?

3. L’énergie mentale est liée au courage. C’est ta capacité à être endurant et confiant dans une épreuve physique ou émotionnelle.

4. L’énergie spirituelle est l’instinct qui te guide au quotidien et qui fait que tes actions sont en adéquation avec tes valeurs.


L’énergie est une variable bien plus maniable et importante que le temps. 


Apprendre à gérer son énergie dans ses différentes formes demande d’accepter ses limites et donc demande de faire preuve d’honnêteté personnelle.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

How Not To Die de Michael Greger

 

“Ce livre s’adresse à ceux qui sont concernés par des maladies qui peuvent soigner avec une alimentation saine” 

– Le Dalai Lama

 

Même si l’espérance de vie mondiale a augmenté au fil des années, cela ne signifie pas que nous sommes en meilleure santé pour autant. 

 

Un individu lambda, qui consomme régulièrement de la viande, des œufs, des produits laitiers et transformés, a plus de chances d’avoir des problèmes de santé qu’un végétarien. 

 

Des chercheurs américains ont montré que changer son alimentation peut non seulement ralentir les maladies graves, comme le diabète ou les problèmes artériels, mais aussi les faire disparaître. 

 

Pour faire simple, il faut manger des fruits, des légumes et les graines. Ces derniers ont des vertus immunitaires très importantes. Par exemple : le basilic est un anti-inflammatoire, le cassis prévient l’arthrose, les myrtilles sont des anti-oxydants. 

 

Pour préserver sa santé, il est nécessaire d’accompagner un régime sain avec une activité physique régulière. En effet, marcher 1 heure par jour peut augmenter votre longévité de 70 %.

 

Quelques faits éloquents qui vont en ce sens : 

 

– Les 15 premières causes de mortalité aux États-Unis peuvent être prévenues en arrêtant la consommation de produits alimentaires industriels

– Les Japonais vivant aux États-Unis ont la même santé cardiaque à 40 ans que les Japonais vivant au Japon à l’âge de 60 ans

– Chaque verre de lait augmente la mortalité et le risque de fracture pour les femmes. 

– Les habitants de Slovénie vivent plus longtemps que les Américains

– Les œufs et la volaille augment le risque de cancer de la prostate

– Les baies et les fraises limitent les risques cardiovasculaires.

 

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Will It Fly de Pat Flynn

 

 

“La meilleure façon de prédire l’avenir est de ne prendre aucune décision.

Quand on fait rien, on obtient rien.”

– Pat Flynn

 

Pour valider un business gagnant, il faut que votre idée corresponde à votre identité et qu’elle réponde à un besoin. 

 

La seule façon de s’en assurer et de la tester sur le marché. 

 

Prenez une feuille et dresser 4 colonnes qui interrogent sur 4 valeurs qui comptent pour vous, cela peut être les finances, les relations sociales, un pays où vivre ou encore des objectifs. 

 

Par exemple : Dans 5 ans, je vivrai aux États-Unis, j’aurai économisé 5000 dollars et j’aurai 2 enfants. 

 

Le simple fait d’écrire ces affirmations permet au cerveau d’avoir une ligne directrice et de concevoir inconsciemment un train de vie en adéquation avec vos objectifs.

 

Une fois que vous avez compris votre identité et vos besoins, il est temps d’imaginer une bonne idée. Et cela passe par réfléchir à la pertinence du problème, que vous tentez de solutionner, mais aussi de la demande du marché. 

 

La dernière étape consiste à confronter votre concept à la réalité en confirmant le pouvoir économique de votre business. En effet, vous devriez être capable de générer une rentrée d’argent avant même avoir conçu votre produit. Par exemple, vous pouvez faire une pré-vente. 

 

 

Pour conclure, un business gagnant est en réalité un enchainement de petites victoires et non une réussite ponctuelle.

 

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Exploring the World of Lucid Dreaming de Stephen LaBerge

 

 

La réalité ne satisfait pas toujours nos attentes mais les rêves ne sont soumis à aucune limite.

 

On appelle rêve lucide un rêve conscient. L’intérêt de les contrôler est multiple : la possibilité de nous relaxer davantage, d’avoir une meilleure respiration et un meilleur sommeil. 

 

Bien sûr ces vertus sont le résultat d’une pratique quotidienne et pour se faire trois techniques s’offrent à vous. 

 

La première est de noter systématiquement ces rêves afin de s’en souvenir. 

 

La deuxième consiste à se répéter mentalement des centaines de fois : « Suis-je en train de rêver ? ». 

 

Et la troisième est de s’endormir en essayant de maintenir un état de conscience, on appelle cet instant de transition, entre la réalité et le rêve, le point critique.

 

Enfin, parmi les nombreux bénéfices des rêves lucides, on a : 

 

  • La prévention de la santé mentale par l’identification de certains problèmes directement dans le rêve
  • Une plus grande créativité
  • Avec de l’entraînement, une meilleure maîtrise d’une discipline que vous pratiquez

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Poor Charlie’s Almanach de Charles T. Munger

 

Charles T. Munger est le principal associé en affaires de l’investisseur Warren Buffett chez Berkshire Hathaway

 

Charles T. Munger propose un cadre pour l’apprentissage. Il nous invite à avoir un regard rationnel pour prendre des décisions rationnelles.

 

En effet, la plupart des gens suivant leur corps de métier, qu’il soit mathématicien, physicien, professeur ou cassier, voit la vie sous un prisme bien singulier et s’y cantonne.

 

Et c’est une bonne chose d’avoir un modèle mental simple. Pour prendre de bonnes décisions, il faut peu d’informations à l’entrée.

 

Maintenant quand on lui demande, le secret de son succès. Il reconnait avoir plusieurs modèles mentaux. En réalité, il en utilise un à la fois en rapport avec la situation.

 

Il faudrait avoir étudier de nombreux modèles mentaux pour être capable de s’en détacher afin d’en utiliser celui qui le plus approprié. On voit ici l’importance de lire régulièrement.

 

En plus de se cantonner à seul modèle mental, les gens prennent des décisions sur le coup de l’émotion. Finalement, pour connaitre le succès il ne s’agit pas d’être le plus intelligent mais d’être rationnel.

 

Par exemple, vous devez investir dans un business excellent qui propose des produits à prix juste plutôt que dans un business bancal qui vend des produits chers.

 

 

Pour conclure, l’investisseur à succès est celui qui dispose d’un meta-cadre d’apprentissage, lui permettant de passer d’un modèle mental à l’autre suivant une situation donnée.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Lean Startup de Éric Ries

 

 

Eric Ries est un entrepreneur américain, diplômé de Yale.

 

Dans le passé, créer une entreprise est une grande aventure et nécessité du temps, une équipe et un business.

 

Ce temps est révolu.

 

Aujourd’hui surtout grâce à Internet, il suffit de faire des tests et en tirer des conclusions pour avancer.

 

C’est exactement ce que j’ai fait avec la chaîne Youtube Autodisciple. Les vidéos ont été produites avec un matériel d’entrée de gamme et d’un logiciel gratuit de montage, à savoir iMovie ici.

 

Ce que j’essaie de vous montrer c’est qu’il faut lancer l’idée rapidement.

 

C’est ça la définition du Lean Startup, améliorer progressivement son produit et ne pas trop planifier à l’avance.

 

Contrairement à l’image donné dans les films, la vie d’une entreprise ne se résume pas à un grand succès mais à plusieurs petits succès intermédiaires.

 

Et notre époque le permet, pour tester nos hypothèses on peut faire un prétotype i.e. un produit précédant un prototype. Le but ici est voir si l’idée suscite un quelconque intérêt.

 

L’adaptation en continue est donc nécessaire mais en cas de rejet du produit, elle peut laisser place à une stratégie pivot, qui consiste à changer complètement le produit.

 

On peut prendre l’exemple de Facebook qui avait pour stratégie initiale de cibler une université donnée et qui, dû à un engouement planétaire, a élargi sa cible.

 

Ainsi, selon Éric Ries, le cycle vertueux d’une entreprise est d’abord de construire, puis de mesurer et d’apprendre de ces dernières.

 

Il remarque pour finir que ce modèle d’action propre à l’entrepreneur se prête aussi à l’intrapreneur, c’est-à-dire une personne qui entreprend au sein même de son entreprise. Ce phénomène est amené à s’étendre dans toutes les grandes boites si elles veulent survivre. 

 

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Lettres à Lucilius de Sénèque

 

“L’essentiel n’est pas de vivre longtemps, mais de vivre pleinement.”

Sénèque 

 

Dans l’imaginaire collectif, le stoïcisme est quelqu’un de plat, sans émotion et pauvre. Or, il ne faut pas se précipiter vers une interprétation trop superficielle. 

 

En effet, Sénèque, philosophe de l’école stoïcienne, était considéré comme l’un des plus riches de Rome à son époque. 

 

Il n’y a en réalité pas de contradiction mais de la subtilité. 

 

Voyons ça ensemble par cette liste d’enseignements que Sénèque adresse à Lucilius au cours ce texte:

 

1. Sénèque nous dit de penser souvent à la mort pour avoir l’esprit plus calme. Il n’y pas de raison d’avoir peur de la mort. La mort c’est absence de sensation. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de préparer cet instant en vivant chaque journée comme une nouvelle vie qui s’offre à nous.

 

2. Il nous conseille d’adopter un mode de vie sédentaire. Trop voyager ne permet de vivre des amitiés vraies, des amitiés fortes. Il ne faut pas chercher à avoir beaucoup d’amis.

 

3. Sénèque ne vous dit pas ne négliger votre apparence. Au contraire, pour avoir un impact sur la société, il faut pouvoir s’y mêler. Et ce passe par être normal et ne pas avoir des comportements extrêmes.

 

4. Sénèque explique que pour jouir des richesses il ne faut pas en être dépendant. C’est pourquoi il insiste ses élèves à vivre des moments de pauvreté occasionnelle.

 

5. Il conseille de pas penser au futur car ces moments, ces mots futurs vont devenir présents au bout d’un moment. Les mots créent des souffrances, alors rien de sert de doubler ses souffrances.

 

6. Pour vivre mieux les moments de solitude de la meilleure des manières possibles, Sénèque nous dit d’imaginer qu’un observateur bienveillant nous suit nos faits et gestes. C’est une façon d’éviter les erreurs que nous faisons envers nous même.

 

7. Sénèque nous met en garde, il ne faut pas rechercher des plaisirs qui appellent à plus de plaisirs. Exemple : les fast-foods.

Pour conclure, soyons vigilant sur la définition qu’on prête au stoïcisme, c’est un concept encore très actuel malgré l’évolution de nos modes de vie.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

Algorithms To Live de Brian Christian et de Tom Griffiths

 

 

Brian Christian est un auteur à succès cité à de nombreuses reprises par le New York Times. Tom Griffiths, lui, est professeur de psychologie et de sciences cognitives à l’Université de Berkeley.

 

 

 

Faire des suppositions arbitraires, avoir un biais en faveur des solutions simples, faire davantage d’erreurs pour réduire les délais, faire des choix au hasard et croire que l’herbe est probablement plus verte ailleurs ne sont pas des concessions irrationnelles mais des comportement rationnels, des algorithmes efficaces et des humains intelligents.

L’algorithme de l’arrêt optimal nous apprends que pour bien choisir un appart, un job ou une relation, il faut déterminer le temps de recherche maximal et ne faire aucun choix avant 37% de ce temps et s’arrêter définitivement sur le meilleur choix que l’on a vue après 37%.

Si on risque de mourir demain avec une probabilité de 1%, alors la valeur d’un dîner demain ne vaut plus que 99% de ce que ce dîner vaut aujourd’hui.

Plus le temps passe, plus il vaut mieux profiter des possibilités existantes (comme les retraités) et non explorer de nouvelles possibilités (comme les enfants).

Quand on vient d’arriver dans une ville et que l’on compte y rester des années il vaut mieux explorer les restaurant et quand on est sur le point de quitter cette ville il vaut mieux aller dans les bons restos que l’on connait déjà.

Pour régler un problème complexe, il faut commencer par le simplifier en éliminant des paramètres et en imaginant une solution idéale : 

 

Que ferais-je si j’étais millionnaire et que je n’avais aucun problème d’argent ? Quel relation je choisirais d’avoir si le regard des autres ne comptait absolument pas ? 

 

Ces simplifications peuvent nous aider à faire de meilleur choix.

 

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

La Psychologie Des Foules de Gustave Le Bon

 

 

 

Écrit par Gustave Le Bon (1841-1931)

 

La foule n’a pas du tout la même psychologie que l’individu, c’est pourquoi il lui est difficile de la comprendre : pour se ressembler davantage entre eux les individus des foules s’effacent et s’abrutissent.

 

Les foules réagissent aux idées simplifiées et radicales car elles sont d’essence religieuse et ont besoin d’un meneur pas trop intelligent qui a déjà été un suiveur.

 

On sous-estime l’importance des foules et des peuples sur le destin d’une nation.

 

Une démocratie peut se révéler très autoritaire en Amérique du Sud et une monarchie très ouverte en Angleterre. 

Les foules sont responsables des pires massacres de l’histoire, comme la Saint Barthélémy, que les dirigeants ne peuvent que ralentir ou hâter.


Le résumé complet est disponible en version audio :

La Newsletter Autodisciple :

The Little Book That Still Beats The Market de Joel Greenblatt

 

“Mr. Greenblatt dit que son but est de donner des conseils qui, même si complexes, pourraient être compris par un enfant de 6 ans. Ces enfants sont chanceux car ce livre est le meilleur guide qui explique comment investir.”

Wall Street Journal 

 

La formule magique de l’investissement est la suivante. Il faut acheter des actions dans les 30 entreprises qui réussissent le mieux ces deux critères :

 

  • Des prix d’actions faibles par rapport à leurs prix habituels 
  • Un retour sur investissement plus élevé que la plupart des autres entreprises durant l’année

Cette méthode marche uniquement sur le long terme (sur 10 ans, pas sur 1 ou 2 ans) et peut rapporter un retour sur investissement de 30 % par an (en moyenne !), ce qui transforme 10 000 euros initiaux en 140 000 euros en 10 ans et en 1 million d’euros en 18 ans.

Tout le monde ne suit pas cette méthode car les investisseurs professionnels pensent sur une échelle de temps de 1 ou 2 ans pour ne pas perdre leurs travails et parce que les actions voient leurs prix baisser à cause de mauvaises publicités médiatiques passagères, bien moins importantes que ne le pensent la plupart des investisseurs.

Le résumé complet est disponible en version audio : 

La Newsletter Autodisciple :

The Millionaire Next Door de Thomas J. Stanley Ph.D. et de William D. Danko Ph.D.

Thomas J. Stanley était un écrivain et théoricien des affaires américain. Son livre The Next Millionaire Next Door a été l’un bestseller New York Times.

 

Pour devenir riche il faut accumuler de l’argent pour la sécurité financière de sa famille et non utiliser l’argent pour montrer son statut social aux autres.

 

Les millionnaires ne sont pas salariés et dépensent très rarement beaucoup d’argent pour acheter une montre (moins de 500$ ), une voiture (moins de 27 k) et ne vivent rarement dans les « quartiers riches » : ils budgétisent leurs dépenses même s’ils sont déjà riches pour la même raison qu’un joggeur continue à courir même quand il a déjà un corps d’athlète.

 

Pour conclure, seuls les millionnaires qui veulent se montrer sont présentés dans les médias, donnant ainsi une image complètement fausse de leur caractéristiques communes.

Le résumé complet est disponible en version audio sur :

La Newsletter Autodisciple :

The Zen Teachings of Bodhidharma


Bodhidharma est connu pour avoir diffusé la méditation zen en Chine. Beaucoup de bouddhistes le considère comme étant leur père spirituel.

 

La richesse et le luxe sont des souffrances, tout comme la pauvreté et l’austérité, car ils causent de l’attachement contrairement au juste milieu qui facilite le détachement.

 

Il ne faut avoir aucun objectif : rechercher c’est souffrir, ne rien rechercher c’est le bonheur.

 

La vérité et le bonheur sont simples, tellement simples que s’en est compliqué. Pour toujours s’en rappeler il faut un professeur.

Le résumé complet est disponible en version audio sur :

La Newsletter Autodisciple :

Hacker and Painters de Paul Graham

Paul Graham est docteur en Science de l’Ordinateur à Harvard

 

La richesse et l’argent sont deux choses différentes : la richesse c’est ce que les gens veulent, l’argent est ce qui permet d’être échangé.

 

On peut augmenter la richesse dans le monde. Par exemple en réparant une voiture (plus de gens la voudront, plus ils la paieront plus cher), en peignant une belle peinture ou en créant un programme informatique.

 

Créer de la richesse est le moyen le plus sûr et rapide de devenir riche.

 

La technologie amplifie l’inégalité de capacité de productivité de richesse entre les individus et c’est pourquoi développer une nouvelle technologie ou en exploiter une  nouvelle est le meilleur moyen de produire de la richesse et donc de devenir riche.

 

La beauté n’est pas relative. Elle est liée au bien d’un produit, indépendamment des modes présentes et reste dans le futur. 

Le meilleur moyen de faire quelque chose de beau est de le faire pour le passé: si ça aurait plu il y a 1000 ans ça plaira dans 1000 ans.


Le résumé complet est disponible en version audio sur :

La Newsletter Autodisciple :

The Four Hour Body de Timothy Ferriss

Tim Ferriss rends les choses compliqués, simples.

The New York Times

 

Il faut viser uniquement la dose minimale effective dans tous les domaines : 

 

  • 100 degrés suffisent pour bouillir l’eau la chaleur supplémentaire est gâchée,
  • 15 minutes peuvent suffir pour bronzer,
  • 30 minutes de musculation suffisent pour prendre en masse musculaire.

 

Il suffit de faire 4 exercices simple, 7 répétition de 5 seconde en monté et 5 seconde en descente de :

 

  • le premier jour : leg press et shoulder press, 
  • 3 ou 4 jours plus tard : bench press incliné sur machine et pull down machine.

 

Recommencer A. 3 ou 4 jours plus tard  en augmentant la masse toute le semaine et en allongeant d’un jour de repos si on stagne.

 

Pour perdre du gras il faut :

 

  • ne pas manger de glucide rapide (céréales et fruits sauf tomates et avocats)
  • ne rien manger de blanc (sucres, farines…)
  • ne pas boire de calories
  • avoir un jour où on mange tout ce que l’on veut pour maintenir le régime sur le long terme facilement et favoriser une réaction hormonale favorable

Les calories ne sont pas pertinentes il faut s’intéresser davantage à la chaleur et au réactions hormonales : 

  • faire du sport intense 5 minutes juste après manger pour amener le glucose dans les muscles
  • prendre des bains de glace et douche froides tous les jours et boire du café et du thé yerba maté pour produire plus d’excrément
  • manger très lentement (mâcher 20 fois)
  • pas boire de lait du tout
  • pas prendre de snack
  • manger beaucoup de noix du Brésil pour la testostérone 

Pour vivre plus longtemps il faut pratiquer le jeûne intermittent et prendre moins de 5% de protéine une fois par semaine faire des don du sang régulièrement.

Le résumé complet est disponible en version audio sur :

La Newsletter Autodisciple :

A Perfect Mess d’Eric Abrahamson et de David H. Freedman


Éric Abrahamson est un professeur de Management à l’Université de Columbia


On sous-estime très souvent les coûts de l’ordre (le temps de rangement, l’emploi de personnel pour trier, l’élimination d’objets uniques et non classables) et les bénéfices du désordre (la sérendipité, le temps gagné, la disponibilité immédiate des objets les plus utilisés, la plus grande flexibilité). 


Le non-rangement est une forme de rangement, la même que celle utilisé dans la mémoire RAM des ordinateurs, qui mets tout en haut, les éléments les plus récemment utilisés et donc les plus probablement nécessaires dans un futur proche.


Un business qui planifie sur le long terme est toujours surpris par le marché et les innovations technologiques, un système politique trop ordonné rends malheureux ses citoyen et risque de s’effondrer à tout instant, et une maison trop propre peut être nuisible pour la santé de ses habitants.


Pour conclure, il faudrait laisser du hasard dans les créations artistiques car celui-ci facilite le travail et capte l’attention en premier. Il peut aussi être interprété personnellement comme ayant un sens plus profond.

 

Le résumé complet est disponible en version audio sur : 

La Newsletter Autodisciple :

Rules For Radicals de Saul D. Alinsky

 

 

“Il ne fait pas de concession, il n’a pas peur, et il casse tous les codes de notre époque”

The Economist



Il n’y a pas de traîtres victorieux car la morale est définie rétrospectivement pour valoriser les gagnants.

 

Il faut aller au delà du machiavélisme et ne pas faire abstraction de la morale pour arriver à nos fin mais créer une morales adapté à nos fins.

 

Les actions les plus efficaces politiquement sont les plus inattendues par l’ennemi et les plus naturelles pour les militants : 

 

  • 3000 noirs se promenant dans un centre commercial (dont certains clients sont racistes) pour lutter contre le racisme du recrutement

  • la menace d’un shit-in (le fait d’abuser des toilettes) dans un aéroport

  • ouvrir trop de comptes avec peu d’argent dans une banque qui finance des entreprises non-écologiques

 

Ces actions sont autant de moyens efficaces pour mettre la pression à un intermédiaire qui a du pouvoir et obtenir une réponse plus rapide qu’avec des moyens de lutte conventionnelle.

 

 

Le résumé complet est disponible en version audio sur : 

 

La Newsletter Autodisciple :

Jeux finis et infinis de Jean-Paul Delahaye

 Jean-Paul Delahaye, membre du CNRS, mathématicien, est professeur 

à l’Université des Sciences et Techniques de Lille

 

Il y a des jeux qui ont une fin qui peuvent être gagnés ou perdus, qui ont besoin de spectateurs, dont les règles ne changent pas et dont la fin pousse à recommencer le jeu : c’est un match de foot, un concours, une carrière, une guerre.

 

Le jeu infini est un jeu dont l’intérêt est d’être joué, et non gagné, puisqu’il ne se termine jamais, il ne nécessite donc ni téléspectateur, ni comparaison, ni règle : c’est le jardinage, l’amour, l’art, la culture, l’éducation, la vie.

 

Plus on perd de jeux finis plus on désire en gagner (en accumulant les conquêtes, les titres, l’argent) démontrant ainsi à quel point on est effectivement un perdant.

 

Pour conclure, le livre observe deux contradictions : 

 

  • dans un jeu fini, on gagne pour perdre
  • dans un jeu infini, on joue sans pouvoir gagner

 

 

Commentaire : Le jeu infini est une perspective alternative et une réconciliation du moment présent des maîtres spirituels comme Eckhart Tolle et du long termisme des entrepreneurs comme Tim Ferriss ou l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos.

 

Le résumé complet est disponible en version audio sur : 

La Newsletter Autodisciple :

Antifragile : Les bienfaits du désordre de Nassim Taleb

Aujourd’hui, j’ai décidé de résumer aujourd’hui un bestseller international, Antifragile: Les bienfaits du désordre de Nassim Taleb : 

 

Un petit mot avant de vous laisser avec la vidéo.

 

« Voici un livre audacieux, divertissant et intelligent, où la profondeur se mêle au sens de la formule et à celui de la narration. »

The Wall Street Journal

 

On parle beaucoup du Covid-19 comme d’un cygne noir en ce moment. 

 

Or d’après l’auteur du concept ce n’en est pas un du tout.

 

Un cygne noir est un événement majeur imprévisible et imprévu.

 

Le risque d’une pandémie mondiale était prévue par… Nassim Taleb lui-même il y a des années. Il a d’ailleurs conseillé le gouvernement de Singapour dans ce sens qui est peut-être celui qui a le mieux contrôler l’épidémie.

 

Le cygne noir n’est donc pas un concept pertinent pour comprendre cette période.

 

Le concept d’antifragilité est beaucoup plus pertinent pour comprendre la fragilité de nos sociétés et de nos économies et comment on peut y remédier. 

 

Bonne écoute !

 

 

Le résumé complet est disponible en version audio sur : 

 

La Newsletter Autodisciple :

The Hard Thing About Hard Thing de Ben Horowitz

C’est un best seller aux États-Unis, et il est recommandé par les fondateurs de Facebook, Paypal et Google.

 

“Ce livre a tout pour devenir une référence en matière de leadership”

The Economist

 

Les livres de business évitent toujours les questions sans réponse simple : que faire quand on a un conflit avec son associé ? Quand on est impopulaire auprès de ses employés ? 

 

Tout bon leader doit pouvoir communiquer sans filtre, prendre rapidement des décisions parfois non populaires mais nécessaires. Il se doit aussi d’accepter la critique.

 

Il est beaucoup plus facile d’avoir tort tout seul que d’avoir tort avec tout le monde. Dans un cas l’échec est acceptable, dans l’autre, il est humiliant.

 

Prendre les bonnes décisions c’est prendre les décisions les moins populaire et être prêt à prendre le risque d’avoir tort tout seul car sans cela il est impossible d’avoir raison tout seul.

 

Et pour un entrepreneur, c’est là la clef de la réussite.

 

En réalité, plus une décision sera impopulaire, plus le résultat sera important, qu’il soit positif ou négatif d’ailleurs.

 

 

 

 

Comme tu le vois, dans le tableau ci-dessus, un entrepreneur aura tendance à prendre des décisions populaires, comprenant moins de risques et de résultats, pour maintenir son autorité et le calme dans son entreprise.

 

Or, ce n’est pas parce qu’un entrepreneur prend une décision impopulaire, amenant des résultats négatifs, qu’il est un mauvais patron. C’était peut-être le fruit d’un raisonnement viable. 

 

On peut prendre un exemple d’actualité avec le Covid-19, beaucoup de gouvernements ont réagi lentement par peur de prendre une décision impopulaire. Pour rappel, il y a encore deux semaines les parcs étaient encore très fréquentés.

 

Un second exemple, heureux cette fois-ci, avec un stagiaire de chez Facebook qui en testant une idée a fait sauter tous les serveurs, ce qui a représenté une perte économique importante. Mais en réaction, Mark Zuckerberg a salué sa prise de risque en prenant une décision non populaire : il lui a offert une promotion.

 

hard thing about hard things

Le résumé complet est disponible en version audio sur : 

 

La Newsletter Autodisciple :